Les actes de soins d’urgence chez les sapeurs-pompiers

Rédigé le 09/05/2022
LE BUREAU UNSA-SDIS33

Les actes de soins d'urgence chez les sapeurs-pompiers...

Le décret 2022-621 du 22 avril 2022 définit les actes de soins d’urgence qui peuvent être réalisés par les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires.

Introduits par la loi dite « Matras », ces 12 gestes techniques ont vocation à améliorer la prise en charge des victimes et aussi de reconnaître les sapeurs-pompiers comme de véritables techniciens du secours et soin d’urgence.

Quels sont ces gestes ? Qui pourra les pratiquer ? Selon quel protocole ? Comment va se dérouler la formation?

L’UNSA-SDIS33 vous apporte quelques éléments de réponse.

Parmi les 12 actes de soins d’urgence, il y a

A/ 4 gestes à visée diagnostic :

  • Prise de température, pulsation cardiaque, pression artérielle non invasive, 
  • Recueil de la glycémie capillaire,
  • Score de gravité clinique (Glasgow, Malinas),
  • Recueil de la saturation en oxygène ou monoxyde de carbone  par voie non invasive.

L’ensemble de ces gestes sont déjà pratiqués par plus de 80% des SDIS en France aujourd’hui.

Tous les sapeurs-pompiers seront formés et pourront pratiquer ces actes en autonomie après formation. 

B/ 8 actes à visée thérapeutique :

  • Administration en aérosol ou pulvérisation de produits médicamenteux sur des cas :
    • D’asthme aigu grave,
    • Douleurs aiguës, (ex: MEOPA)
  • Administration par voie orale ou intra-nasale de médicaments sur des cas : 
    • Overdose d’opiacée,
    • Douleurs aiguës,
  • Administration par stylo-injecteur sur des cas :
    • Hypoglycémie,
    • Choc anaphylactique,
  • Enregistrement et transmission d’électrocardiogrammes,
  • Recueil de l’hémoglobinémie,

Ces actes seront télé-prescrits par le médecin régulateur du SAMU ou un par un médecin physiquement sur les lieux de l’intervention. Tous les sapeurs-pompiers ne seront pas nécessairement formés ; il appartient à chaque SDIS d’en déterminer le volume en fonction des besoins et contraintes. La formation sera faite par le personnel médical des SDIS (SSSM).

Une convention locale SDIS/SAMU permet d’autoriser d’autres médecins comme par exemple ceux du SSSM à prescrire ces 8 actes de soins. C’est un impératif en Gironde compte tenu des délais pour joindre le médecin régulateur…

Le plan de la formation pour l’ensemble de ces actes de soins sont en cours de finalisation.

Cela devrait conduire à une modification du référentiel national des activités et compétences de l’équipier.